Encore et toujours Animeland

Publié le par izumiho

Bon pour faire court, j'ai enfin eu entre les mains l'animeland de Février. Pour faire suite à l'article de Décembre/Janvier sur l'animation japonaise en DVD qui ne se vend plus en France à cause des pirates et  de la surcharge de poids des sorties mensuelles, voilà qu'ils s'attaquent aux sorties manga. Ces dernières ont également des problèmes de surpoids, de surnombre, de pirates et que sais-je.
Si vous n'avez pas compris, c'est 2 fois le même problème. Il y a trop d'éditeurs, trop de titres et pas assez de tunes chez les consommateurs. Donc forcément, il va falloir que ça casse. Et je trouverai que ça ne sera pas plus mal. Certe on y perdera la diversité, mais en même temps :

- les titres trop intelligents et mal dessinés, on ne s'y intéresse pas.
- les titres au scénario sur-sur-sur-utilisé finissent par lasser soit parce que ça n'avance pas, soit parce qu'on en achète déjà suffisament de ce style-là.
- les titres moyens (c'est à dire un peu de scénario et un peu de dessin) sont trop nombreux pour qu'on les achète tous, donc on filtre.

{ Juste pour info, ma pu... de connexion empreinté m'a laché ce qui m'oblige à tout retaper et je ne me souviens même plus de tout... }

Donc je disais.

Là où on trouve le plus gros problème, c'est chez les distributeurs et éditeurs.
Les distributeurs (librairies, boutiques spécialisées et grandes distributions) ont du mal à suivre les sorties. Les plus petits n'ont pas l'argent nécessaire pour acheter tous les titres (car ils avancent l'argent avant de pouvoir les vendre) et les plus gros, ont l'argent mais n'achète que ce qui est quasi sûr de se vendre (bon on accorde que parfois, ils achètent vraiment n'importe quoi...).
Niveau vente, il y a forcément des compétitions puisque les gros vendent souvent beaucoup plus de chose à côté des manga, ce qui permet de vivre. On voit mal un libraire vendre des télés plasma ou pire, des boites de conserves.
Les éditeurs, à cause de tout ça, doivent se débrouiller pour arriver à fourguer leur camelote. Les titres vendeurs, pas de soucis. Les autres, issus de choix éditoriaux fumeux, d'obligation vis à vis des contrats avec les japonais ou tout simplement parce qu'ils n'ont rien d'autre sous la main, sont des plaies. De plus, parmi les titres vendeurs, certains sont au même niveau de publication qu'au japon. Il faut alors attendre presque 6 mois pour sortir un volume (ou envoyer nos caisses de potions magiques aux mangaka). Il semble donc évident que les petits éditeurs qui se retrouvent dans au moins 2 de ces situations vont y passer au profit des gros qui pourront tenir grâce au soutien financier des autres branches éditorial de leur maison mère (franco-belge pour la bd, les recettes de Maïté ou les prix Goncours).

Tout cela s'accompagne bien sûr d'une augmentation des prix. Là où les DVD ont affiché une forte baisse par rapport au cassette vidéo (1161 francs la série de 26 épisodes d'Evangelion contre 60 euros environ une série de 26 épisodes en DVD...). Les manga eux continuent leur montée tranquille. De 25-40 francs on est à 5,50 - 7 euros. Ca n'encourage pas à la surconsommation ou tout simplement à la découverte de nouveaux titres... Même si il faut avouer que les coûts de production n'ont pas diminué (traduction édition ... il faut payer les gens quoi même si comme toujours, c'est relatif).

Enfin vous ajoutez le piratage qui existe forcément (en gros des gens qui font gratos alors qu'on en paye pour faire le même boulot).

Conclusion. Le ménage va être fait. Les titres peu intéressants où à faible potentiel de vente vont disparaître. Les éditeurs vont diminuer mais ça, c'est prévisible quand il y a trop de concurence. Les boutiques  spécialisées vont en baver (ça + le DVD = Problème). Nous par contre, soit on est content d'avoir moins de choix parce que ça sert à rien d'en avoir trop, soit on perd des titres vraiment intéressants, soit tout simplement on régule ce putain de marché et on nous fout la paix avec les histoires de fric pour qu'on puisse enfin lire notre manga au calme sans avoir à étudier les conjectures de vente sur l'année à venir !

Voilà pour le manga. J'ai adapté ce dont je me souviens du précédent message effacé... Le mois prochain dans animeland, et donc sur mon blog, l'avenir du Kebab en France. Il y en a de plus en plus, voir trop. Que vont-ils devenir ? Les moutons vont-ils pouvoir suivre l'évolution de la consommation ? Les japonais vont-ils se mettre à en vendre dans le 16ème après les municipales de Neuilly ? J'ai hâte.


Publié dans animation-manga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article